Couverture :

Résumé :

Alexandre Jacob a connu un destin hors du commun. Son gang de cambrioleurs, surnommé « Les Travailleurs de la nuit » par les journalistes, a écumé la France entière, défrayé la chronique, et Jacob, qui laissait sa carte avec un mot d’humour à ses victimes, distribuait ses butins énormes aux nécessiteux, vivant modestement. Il aurait inspiré Arsène Lupin.
Auparavant, il a couru le monde, depuis son plus jeune âge, comme mousse et marin. Il en a retiré une vision du monde personnelle et de solides convictions anarchistes. Il ne supporte pas l’injustice et l’hypocrisie. Mais son engagement politique le conduit en prison et à ne plus pouvoir travailler, ce qui le jette dans la carrière criminelle. Après un procès retentissant, où il insulte les juges et les jurés, menacés de mort par ses complices, il est condamné à finir sa vie au bagne, à Cayenne. Mais ce serait mal le connaître de penser qu’il se plierait à une telle sentence… Il trouvera même le moyen de rentrer…
  (cliquez sur le panier pour acheter cet album chez nous)

Notre avis :

 Le Travailleur de la Nuit, ou bien le portrait d’un homme enragé par la société dans laquelle il vit, et pourtant attachant grâce à sa sincérité, son engagement sans faille, son code d’honneur. On peut être le hors-la-loi qui a inspiré Arsène Lupin, les contours d’un Robin des Bois des temps modernes achèvent de nous rendre le personnage d’Alexandre Jacob sympathique.

Matz et Chemineau vont nous entraîner dans le récit de cette vie passionnante d’un homme épris de justice, à la jeunesse anarchiste, un temps marin, bandit un peu malgré lui, avocat autodidacte, etc. Un homme en colère, mais un homme profondément bon.

 Note : 8/10 Une vie trépidante et aventureuse, mise en scène avec brio par les auteurs. Jamais vous ne vous ennuierez tant vous serez captivés par ce récit et par cet homme cultivé, généreux et plein d’esprit.