Couverture :

Résumé éditeur :

La date : 2058. Le metteur en scène Charles Bernet travaille au couronnement de trente années d'une carrière glorieuse en préparant son prochain film, basé sur un scénario mûri depuis sa jeunesse. Il mène une vie agréable dans sa merveilleuse villa robotisée, avec son épouse à la jeunesse quasi-éternelle, entre haute visibilité médiatique et stratégies fines pour réunir le financement de son nouveau projet. Le tournage commence, mais un brutal accident de train l'interrompt, laissant Charles paralysé sur un lit d'hôpital. Gustave, un assistant au talent prometteur, est choisi pour prendre sa suite. Son inexpérience va-t-elle détruire ce que Charles considère comme le projet d'une vie? Et comment un mystérieux professeur de Scrabble rencontré lors de sa rééducation va-t-il lui apprendre à surmonter cette épreuve terrible?

Notre avis :


Un régal. Que dire d'autre ? Voici un album de science-fiction très original, qui s'intéresse aux ressorts du cinéma, à la création en tant que telle,et  aux désirs profond du créateur, ce grand horloger qui voudrait bien que les aiguilles lui obéissent au doigt et à l'oeil, et puis à tout ce qui fait la vie, ses beautés comme ses râtés, ses râtés parfois beautés et ses beautés parfois râtées, comme dans un grand jeu de perceptions, subtiles. Et avec, en sus de cette histoire bien dense et de ses décors en aplats très rétros - et warholiens -, le descendant de Donald... Trump. Mais oui ! Et en plus c'est expliqué de façon tout à fait cohérente.

Note 8/10  : Ugo Bienvenu, que nous connaissions déjà pour son adapation de Sukwan Island (le roman best-seller de David Vann) nous livre ici un album vraiment fort. On retiendra des personnages fouillés dans une intrigue intelligente et subtile. C'est simple, si on adhère aux partis pris graphiques (notamment cette veine rétro, qui a d'ailleurs du sens), on ne verra pas les pages se tourner tant l'artiste maîtrise son histoire. Tout simplement impressionnant.