Le Blog-Notes Critic

Articles 1 à 3 sur un total de 1596

par page
Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
Par ordre décroissant

Couverture :

Résumé éditeur :


 

La quête de deux obstinés que tout oppose, où l'humour allègrement distillé contraste avec un univers médiéval-fantastique empreint de légendes celtiques.

 

"Rien de mieux que de bonnes beignes pour forger une amitié!"

Et même si Van, l'imbuvable héritier du roi, n'est pas vraiment d'accord, il n'en doit pas moins obéir à son père en faisant équipe avec Faust, un esclave revanchard. Car ce n'est qu'à cette condition qu'il acquerra la maturité nécessaire pour monter à son tour sur le trône d'Âpretagne.
La naissance d'un duo irrésistible, destiné à marquer de son empreinte l'Heroic Fantasy du XXIe siècle !


Notre avis :

Bienvenue à vous dans cet univers au doux parfum de Bretagne… post-apocalyptique. Disons que le monde a dû dérailler il y a un bail et que la mode médiévale est plus que légèrement revenue ; d'ailleurs notre Bretagne s’appelle désormais l’Âpretagne, royaume assez puissant, où la magie des mythes est de retour (ici l’expression « Tonnerre de Brest » prendra tout sens sens littoral… euh littéral), mais aussi la crasse, la pauvreté, l’esclavage… et les nantis nobles, dont Van, jeune garçon destiné à prendre le trône d’Âpretagne. Oui mais. Mais Van est un petit « con » irresponsable et irrespectueux, ce qui a tendance à agacer tout le monde, y compris son roi de père ! Si bien que, quand il va pousser le jeune Faust, un esclave, dans l’enfer de l’arène, la goutte d’eau fait déborder le vase. Le voilà enfermé dans une sorte de grand jardin avec Faust, qui n’a qu’une seule envie après son passage dans l’arène, flanquer quelques beignes au jeune prince. Il va pouvoir s’en donner à cœur joie… d’autant qu’ils ne peuvent pas sortir de ce sanctuaire avant d’être parvenus à couper en deux, à l’aide d’une épée, un gland tombant d’un chêne… autour de ce challenge à l'improbable réussite, les deux ennemis vont-ils finalement s’entendre ?

Les Lames d’Âpretagne est incontestablement LA très bonne surprise fantasy des ces derniers mois. D’abord, on peut avouer qu’on ne l’attendait pas vraiment. Ensuite parce que l’univers breton malaxé dans tous les sens apporte un vent de fraîcheur : c’est très inhabituel, c’est très malin, et quand en plus dialogues et dessins sont au niveau d’un univers aussi bien pensé… eh bien banco ! L’album se lit d’une traite. Les personnages, y compris quand ils sont antagonistes, ne sont que très rarement caricaturaux, bien aidés il vrai par une écriture astucieuse et un choix de langage dynamique et aussi imagé que les dessins eux-mêmes. Résultat, parvenus à la fin de l’album, on est déjà en manque et on espère rapidement la suite. Oui, la suite !!! Vite !!!


Note 8/10. Vous l’avez compris : à Critic on est tombés sous le charme de cette fantasy à la fois classique dans son cadre médiéval décadent et sombre, et atypique par son intrigue, ses personnages et ses choix de langage. Un bel équilibre funambulesque que nul amateur de fantasy drôle et épique à la fois ne saurait snober. Un bel exploit à confirmer au prochain album !


Posté dans Critiques BD par Librairie Critic

Couverture :

Résumé éditeur :


En 2082, le vaisseau minier Hybris s'est échoué sur une planète hostile au climat glaciaire et peuplée de créatures agressives. En contact radio permanent avec la Terre et le président des Etats-Unis, le commandant Sylan Kassidy et les membres de son équipage réalisent à leur grand effroi qu'ils sont prisonniers d'un univers parallèle, sur une planète Terre désolée, et que les monstres qu'ils affrontent... sont leurs propres doubles.


Notre avis :

On ne va pas se le cacher : après avoir lu la quatrième de couverture et après avoir bien observé les dessins de première et quatrième, on se doit d’avouer qu’il ne reste plus grand chose à découvrir une fois plongé dans l’album. Spoilers en veux-tu en voilà, on aura quand même rarement lu une BD qui dégonfle toute la tension dramatique du récit et l’intérêt de la construction de l’album grâce à une simple quatrième/première de couv. Bref, c’est d’abord la déception qui prime, pour laquelle les auteurs ne sont sans doute pas à trop blâmer. Reste un récit d’action, parfois un peu jargonnant sans trop de raison, rapide et nerveux, qui manie le cliché des séries B à la pelle – c’en est une, de série B, assumée a priori – et s’en sort plutôt avec les honneurs puisque l’on ne s’ennuie pas tout au long des 48 pages de l’album, au gré de péripéties qui mixent zombies et références à des classiques de la SF – comme la Planète des Singes (cf la couv une nouvelle fois) et son paradoxe relativiste par exemple. Une chouette aventure qui nous fera attendre la suite avec un certain intérêt, d'autant que la jolie ambiance générée par les dessins nous laisse espérer une suite encore meilleure.


Note 6/10. On ne criera pas au génie, on regrettera le choix de spoilers visuels sur la couverture qui amoindrissent les effets de l’intrigue, mais on restera sur l’impression plutôt positive d’une bande dessinée où l’action ne faiblit jamais, rehaussée par un dessin agréable à l’œil et parfait pour ce genre d’histoire.

Mots clés:

Posté dans Critiques BD par Librairie Critic

Couverture :

Résumé :
Alors que sa grand-mère est hospitalisée, Nellig profite de devoir veiller sur la maison familiale pour s’accorder des vacances en Bretagne. Mais la demeure est hantée de souvenirs, de présences, d’échos d’enfance enfuie… et Nellig n’aime pas vraiment ça.
La nuit de la Toussaint, tandis qu’une tempête se fracasse sur les côtes et que les phares s’éteignent, pendant que d’anciennes légendes refont surface, le fantôme de son grand-père lui apparaît. Et il a un message à lui faire passer.


Notre Avis :
Rozenn Illiano est une jeune artiste aux multiples talents, créatrice dans divers domaines, les bijoux, l’illustration, et aussi l’écriture (voir notamment Le chat qui avait peur des ombres avec Xavier Collette), domaine qui nous intéresse ici puiqu’elle signe avec Notre Dame de la mer une novella fantastique, dense et passionnante qui se déroule en Bretagne (Côtes d’Armor). L’histoire met en scène une jeune femme discrète, à l’âme sensible, qui retourne dans la maison famiale, celle de ses grands-parents, pour la garder, étant donné que sa grand-mère, victime d’un malencontreux accident, se retrouve à l’hôpital, le grand-père, lui, étant décédé depuis quelques années déjà. C’est donc avec une certaine nostalgie que notre jeune femme redécouvre les sensations et les sentiments de sa jeunesse, les bruits de la maison, le chat Gribouille, l’ambiance typique des petits villages et, en plus, l’appel de la mer. Très vite, légendes et racontars, mêlés à ses histoires de famille vont l’entraîner auprès de fantômes du passé et des mystères insolubles qui l’entourent. Sa vie n’est pas loin de basculer, la réalité non plus. Car, elle le sent, elle le sait, son retour correspond à celui d’étranges phénomènes au village, sur les côtes, en elle aussi.
N’y allons pas par quatre chemins : Notre Dame de la Mer de Rozenn Illiano est une excellente novella, qui se lit avec passion et délectation : les pages défilent, les mots sont doux et l’atmosphère lourde. Premier plaisir, retrouver l'ambiance des côtes bretonnes, de ses vaillants marins parfois échoués en mer mais qu’un phare monolithique guide parfois vers le salut. Deuxième plaisir, l’âme des folkloristes acharnés (François-Marie Luzel) et les légendes qu’ils entretiennent et qui les hantent planent sur l'histoire de Nellig et de sa famille. Le texte est entrecoupé de lettres, d’extraits de légendes, d’interventions diverses, qui apportent un plus indéniable au fond de l’intrigue et l’on tend alors vers un esemble tendre, touchant, souvent poétique, porté par une écriture plus limpide qu'une mer calme sous un chaud soleil ; une mer bretonne, bien entendu, où le goût prononcé du sel, l'âpreté du climat et des côtes, viennent renforcer le charme profond de cette histoire que les légendes happent avec une force de tempête, jamais démentie, et ce jusqu'au final, de toute beauté.


Note 7.5/10. On se jette sur cette belle novella fantastique (à la magnifique couverture signée Xavier Collette). Ce n’est pas tous les jours qu’on peut vous en proposer de cette qualité. Coup de coeur pour nous. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire !

Posté dans Critiques Fantastique par Librairie Critic

Articles 1 à 3 sur un total de 1596

par page
Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
Par ordre décroissant